Articles

Adel Chibane en thérapie

Image
La série En thérapie diffusée sur Arte occupe les écrans et s'invite dans les séances des patients et des analysants. Les dialogues (écrits par David Elkaïm, Vincent Poymiro, Pauline Guéna, Alexandre Manneville et Nacim Mekhtar) sont d'une telle finesse qu'ils captivent autant que le jeu des acteurs et des actrices. Suite à la lecture de l'article de Hassina Mechaï pour le site Orient XXI intitulé " En thérapie". La malédiction du policier Chibane , qui propose une lecture dans laquelle je ne me suis pas retrouvée, j'ai eu envie de répondre à ses arguments pour montrer une autre interprétation possible du personnage et des rouages psychiques à l'œuvre. Tout d'abord sur l'ambivalence d'Adel Chibane, interprété par Reda Kateb, présent mais attaquant le psy, qui, selon l'autrice, jette la suspicion. Je dirais plutôt qu'il place d'emblée le personnage dans la position du sujet qui ne veut rien (sa)voir de sa situation mais acculé p

De "Malaise dans la culture" à "Happycratie"

Image
En 1929, Freud écrit  Le malaise dans la culture , un livre que selon notre humeur on pourrait qualifier de très pessimiste ou de remarquablement clairvoyant. Presque 100 ans plus tard, Eva Illouz et Edgar Cabanas publient Happycratie. Comment l'industrie du bonheur a pris le contrôle de nos vies , dans lequel ils retracent la généalogie de l'obligation au bonheur et ses implications aussi bien collectives qu'individuelles. Comment est-on passé du constat fait par Freud à une idéologie qui, en plus d'être une chimère, s'avère profondément culpabilisante pour le sujet ? Dans Le malaise dans la culture , Freud observe que face aux nombreux désagréments de la vie (douleurs, déceptions, tâches insolubles), les individus optent pour des "remèdes sédatifs" par l'intermédiaire de diversions, de satisfactions substitutives et de stupéfiants. Cela s'avère indispensable pour faire face au quotidien. Un siècle plus tard, force est de constater que les hum

"Tête de tambour", un roman de Sol Elias : hériter de la schizophrénie ?

Image
Sa tête va exploser. Personne dans sa famille ne comprend, rien à attendre de son père, de sa mère, de sa sœur. Sol Elias, Tête de tambour « Un voile rouge s'était mis devant mes yeux, et il y avait mes oreilles. J'avais l'impression qu'un bourdon y avait fait son nid. Je devais crier pour couvrir le bruit.Ce que je redoutais venait d'arriver. Les chiffres avaient disparu. J'étais envahi par l'angoisse et la colère en même temps, un mélange qui me sortait le cœur de la poitrine et le faisait monter dans la gorge. » Manuel délire, angoisse, hallucine. Manuel décompense, se perd dans ses identités. Il écrit. Beaucoup. D'une écriture minuscule, sur n'importe quoi, en rouge, en noir. Il insiste et recouvre son écriture de nouveaux mots. Ses petits papiers constituent son héritage à destination de sa nièce Soledad. Des sacs de petits papiers dans lesquels elle se plonge. Mais comment ne pas s'y perdre ? Comment accepter cet hér

Cher corps - Léa Bordier

Image
Douze histoires de corps féminins.  Douze illustratrices pour raconter l'intime que leur livre une femme. Léa Bordier (dir.), Cher corps , édition Delcourt/ Mirage s Injonction au corps parfait, irruption – parfois très précoce – de la puberté, manifestations somatiques aussi brutales qu'inexpliquées quand elles surviennent, combats féministes, il y a quelque chose de profondément positif à lire ces parcours bouleversés de femmes qui ont réussi à laisser derrière elles ces moments. Le point commun de ces récits réside dans le parcours chaotique de chacune, dont elles sont ressorties quelque temps plus tard. Ainsi, se dégage à la lecture l'impression étrange qu'un événement - dramatique, compliqué, étonnant – que cet événement une fois passé vient résoudre la question du corps. Léa Bordier l'explique dans la préface, elle aurait aimé avoir connaissance de ces témoignages à l'époque de son adolescence lorsque tout lui semblait "insurmonta

Françoise Dolto, de la pratique à la théorie

Image
Dimanche 9 septembre débutait au MK2 Quai de Loire à Paris, un cycle de trois conférences organisé par Caroline Eliacheff et Jean-Pierre Winter autour de Françoise Dolto.  La conférence de ce jour avait pour titre "Françoise Dolto, de la pratique à la théorie". Il s'agissait de revenir sur le parcours de la psychanalyste à partir du livre que Caroline Eliacheff lui a consacré il y a peu : "Françoise Dolto. Une journée particulière". Comme l'a bien expliqué l'auteure, Françoise Dolto pratiquait  à l'hôpital avec les enfants à une époque où les troubles rapportés étaient  le plus souvent  du côté de l'inhibition, alors qu'aujourd'hui les symptômes sont plutôt sur le versant de l'excitation. Il n'en reste pas moins que ses élaborations se révèlent toujours pertinentes puisque, par exemple, les "castrations symboligènes" sont toujours nécessaires dans l'éducation. La difficulté à exercer l'autorité sans au

Ma vie d'autiste, de Temple Grandin

Image
Pourquoi lire « Ma vie d’autiste » aujourd’hui ? Qu’attendre de l’autobiographie de Temple Grandin une trentaine d’années après sa parution ? Alors âgée d’un peu moins de 40 ans, Temple Grandin publie en 1986 aux Etats-Unis son autobiographie. Récit à la première personne de ses bizarreries qui relevaient de sa logique, c’est aussi une source de connaissances pour les lecteurs. De l’enfance aux premières années d’étude, elle a entendu les autres enfants la traiter de "folledingue", de "nulle obsédée", d'enfant "bizarre"  mais elle a aussi vu sa mère déplacer des montagnes pour trouver des solutions pour elle. Au fil des structures de scolarisation, de la petite enfance à l’université, cette femme devenue ingénieure raconte ses angoisses, son besoin de calme, ses obsessions. Distance, contention et obsession Toute petite Temple Grandin peine à entrer en contact. Les câlins de sa mère lui sont presque douloureux. Mais alors qu’elle e

Une bibliothèque sous les bombes

Image
Les passeurs de livres de Daraya Une bibliothèque secrète en Syrie Un récit de Delphine Minoui Quatre ans de siège. De 2012 à 2016, les forces d'Assad en Syrie ont assiégé Daraya, une ville de la banlieue Sud-Ouest de Damas.  La journaliste Delphine Minoui, installée à Istanbul, prend connaissance un jour d'une photographie prise dans la bibliothèque secrète de la ville. Elle décide de faire des recherches et entre en contact avec les habitants qui collectent les livres. L'armée d'Assad attaque sans répit. Les tanks, les bombes-barils, le gaz sarin, la destruction des champs qui affame la population. Assad martèle : "C'est moi ou le chaos." Les militants s'organisent alors pour sauver les livres. Au chaos ou à Assad, ils préfèrent le karkabeh , le foutoir. Il faut se précipiter après une attaque pour sauver les livres, inscrire les noms des propriétaires et les mettre en évidence dans la bibliothèque afin que les idées continuent à circu